Téléchargements

Tags

Vous pouvez vous inscrire aux tags suivants pour recevoir les dernières actualités de ce thème en cliquant ci-dessous
tag
La Terrasse-sur-Dorlay: un village en plein essor aux portes du Pilat

D'après un article du Progrès

La Terrasse-sur-Dorlay: un village en plein essor aux portes du Pilat

 

 

 

Ce village, qui a tout juste 116 ans, ouvre les portes du Pilat et oscille entre conservation du patrimoine et développement.

L’entrée du village par le pont Aristide-Briand.  Photo Progrès /Kathy MATTALIANO1 /5

 

Difficile de résister au village de La Terrasse-sur-Dorlay. Ceux qui y vivent n’en partiraient pas et les autres aimeraient bien y rester que ce soit le temps d’une balade dans le Pilat ou d’une pause gourmande à la Maison Duculty.
 

Avec quelque 790 âmes, cette commune traversée par la rivière le Dorlay a un patrimoine industriel encore bien ancré. Elle a également su se développer avec l’ouverture de nombreux commerces et l’arrivée de nouveaux services.

Lorsqu’on arrive au centre du village, on tombe rapidement sous le charme de ce pont Aristide-Briand qui permet d’enjamber la rivière.

Impossible de passer à côté du Restaurant Duculty qui trône à l’entrée du village ! Que l’on arrive de Pélussin, Doizieux ou de la Vallée, on passe devant. Une dégustation s’impose, les produits sont du terroir et les charcuteries fabriquées juste en dessous dans l’entreprise éponyme.

Goutez les saucissons des Salaisons du Mont Pilat de la famille Duculty. Photo Progrès /Kathy MATTALIANO3 /4

On trouve aussi, installés au centre du village, des habitants ou des promeneurs qui font une pause dans le Bistrot de Clara qui jouxte l’épicerie et le snack.

Cela donne une véritable attractivité et de la vie au sein du village. Sans oublier les nombreuses entreprises, artisans et agriculteurs qui y sont installés.eloppement du village

Pourtant, la commune est toute jeune, à peine 116 ans. Elle s’est développée autour de la rivière du Dorlay, notamment au XIXe siècle. L’énergie émise par cette dernière a permis de créer une industrie locale grâce à de nombreuses roues à augets et autres turbines montées sur la rivière. C’est ainsi que les filières des lacets, des tresses et du tissage transformèrent le hameau.

 

La Maison des Tresses et lacets, musée atelier qui revient sur le passé industriel de la commune. 

Photo Progrès /Kathy MATTALIANO5 /5

 

Ce patrimoine est d’ailleurs mis en avant au sein de la Maison des Tresses et Lacets, ancienne usine installée au bord de la rivière et qui accueille chaque année près de 3 000  touristes. De nombreuses chambres d’hôtes existent sur la commune et peuvent d’ailleurs les accueillir.

Les visiteurs ont le choix, ils peuvent poursuivre leur visite par une balade gourmande en s’arrêtant chez les différents agriculteurs qui proposent en vente directe fromages de chèvres, agneaux, volailles ou suivre le cours de la rivière pour un dépaysement total.

Un havre de paix qui offre une multitude de découvertes avec des sentiers de randonnée dont plusieurs traversent le village et des pistes de VTT. Et pour les amateurs de grand air, le Pilat n’est vraiment pas loin et regroupe presque 100 km de pistes de ski nordique, ainsi que plusieurs pistes de glisse et de luge.

 


Lucien Paccalet, tailleur de pierre

Les tailleurs de pierre on en trouve de moins en moins. Pourtant, sur la commune de La Terrasse-sur-Dorlay, Lucien Paccalet prouve que ce métier d’art a de l’avenir.

Si l’on emprunte la route qui mène du village jusqu’à Pélussin, on ne peut pas rater sa carrière.

À 15 ans, Lucien est parti à Dijon en apprentissage puis fait une année chez les Compagnons. « Je suis à mon compte depuis 25 ans et j’ai créé mon atelier en 2000 », explique-t-il.

Originaire du village, Lucien est très investi, il a d’ailleurs été adjoint lors des mandats précédents. « Je suis ancré dans mon village, je ne le quitterais pour rien au monde et y travailler est un plaisir. »

« Je suis ancré dans mon village »

Outre le côté artistique que développe toujours Lucien, il rénove aussi le patrimoine et œuvre aussi sur les monuments du village, au cimetière et même au-delà des frontières de la commune. « Cet automne, j’ai travaillé sur l’église de Chavanelle à Saint-Étienne, sur la restauration d’un autel. Bien souvent, je réhabilite aussi des veilles croix, des écussons dans les villages. Sur la commune voisine de Lorette, je vais rénover un vieux puits du XVIe  siècle…  » Mais Lucien a aussi des commandes comme dernièrement une chouette en grés houillers pour un particulier.

Dans son atelier, des bustes, visages, nues et autres chevaux jonchent les étagères et le moindre recoin. « J’achète des modèles au musée du Louvre qui sont des moulages en plâtre d’œuvres originales mais je fais aussi du modelage. J’aime travailler la terre et en faire naître quelque chose comme pour un bloc de pierre. »


 

 

Retourner à la liste

Contactez-nous

Parc naturel régional du Pilat
Moulin de virieu - 2 rue Benaÿ
42410 Pélussin
04 74 87 52 01