Téléchargements

Tags

Vous pouvez vous inscrire aux tags suivants pour recevoir les dernières actualités de ce thème en cliquant ci-dessous
tag
Marlhes, on M !

Le groupe Facebook dédié à Marlhes passe la barre des 1 000 membres

Marlhes, on M !

 

 

 

 

D'après un article du Progrès

 

Au début du mois, le groupe Facebook « Marlhes : on M ! » a dépassé la barre symbolique des 1 000 membres, sur un village de 1 300 habitants. Pourquoi le groupe d’une commune rurale affiche-t-il autant de membres sur Facebook ? Qui sont-ils et que viennent-ils y chercher ? Tentative de réponse avec la créatrice et administratrice du groupe.

 

"Ce sont les été où le groupe s'agrandit le plus habituellement mais, cette année, les périodes-clés ont surtout été les confinements" explique Cécile Berne. Photo Progrès/Flavie Rocher

Le groupe Facebook a été créé en novembre 2009 par Cécile Berne, formatrice en communication de 43 ans, née à Saint-Etienne et… Marlhienne d’adoption. Elle raconte : « C’était à l’époque du début des groupes Facebook. Avec mes trois sœurs, on s’est lancées un pari : “cap de créer un groupe sur Marlhes ?” » Il sera créé le soir même. L’idée est de « donner une visibilité à notre village, de le mettre à l’honneur, en s’appuyant sur le bon côté des réseaux sociaux ». Il s’agit alors essentiellement de relayer les évènements estivaux de la commune, auprès d’un public de jeunes Marlhiens. « Ce n’était rien de sérieux au début, puis ça l’est devenu », raconte la fondatrice.

Une progression importante depuis 5 ans

Aujourd’hui, Marlhes : on M ! permet de « savoir ce qu’il se passe à Marlhes », toute l’année. Manifestations, demandes diverses, objets et animaux perdus ou trouvés, actualités, petites annonces, coups de gueule, entraide, troc, partage de photos du village… On y trouve de tout. « Et il n’y a quasiment plus un seul jour sans publication », remarque Cécile. Elle note une progression « assez énorme » du nombre de membres ces cinq dernières années. La visibilité qu’offre le groupe permet à des activités nouvellement créées sur la commune de se faire connaître, aux associations de partager leurs évènements… Et même à d’anciens copains de classe de se retrouver. Cécile Berne ne compte plus les anecdotes de « belles histoires » qui émaillent l’historique de Marlhes : on M !

Mais comment se fait-il qu’un groupe Facebook uniquement consacré à une petite commune rurale remporte un tel succès ? « Il y a d’abord un facteur âge, car on a commencé il y a douze ans, on est le seul groupe sur la commune, et puis, c’est la force des Marlhous ! », raconte celle qui note un « attachement fort » à ce village « solidaire et dynamique. » La communauté que forme Marlhes : on M ! est multigénérationnelle, composée bien sûr de Marlhiens, mais pas que. Plus d’une centaine de membres habitent Saint-Etienne, le reste se répartit sur les villages alentour, le reste de la France, et même à l’étranger. La créatrice remarque un côté « madeleine de Proust » et nostalgique : beaucoup de membres n’habitent pas Marlhes, mais ont visité le village ou y ont vécu, et y gardent des souvenirs, qu’ils aiment partager sur le groupe. Le nombre de membres du groupe Facebook va-t-il un jour dépasser le nombre d’habitants à Marlhes ? « On peut pendre le pari ! » sourit Cécile Berne.

Lien vers la page : Marlhes : on M!

 


Marlhes : on M ! « n’est pas un lieu de polémique »

À la suite du conflit entre le boucher et le maire de Marlhes, l’administratrice comme les membres ont pu remarquer que l’ambiance s’était tendue dans le groupe. Certains Marlhiens reprochaient à la modération une « censure », déçus de voir que leurs posts en soutien du boucher n’étaient pas publiés. Ils évoquent un groupe trop lisse et regrettent l’absence de débat sur certains sujets. Cécile Berne, seule modératrice de Marlhes : on M !, explique : « l’idée, c’est avant tout de garder un bel esprit de groupe. » Pour elle, le groupe n’est « pas un lieu de polémique » mais doit rester une « belle vitrine » de ce qui se passe à Marlhes. Alors, depuis cette histoire, Cécile a fait le choix de valider les posts avant publication, « pour garder le groupe dans ses valeurs initiales : respect, convivialité et solidarité ».

« Ce n’est pas la mairie qui a dicté mon choix mais mon bon sens »

À ceux qui chuchotaient que la mairie était à la manœuvre en coulisses, Cécile répond : « Ce n’est pas la mairie qui a dicté mon choix mais mon bon sens. » D’ailleurs, en douze ans, « aucune municipalité ne m’a jamais demandé quoi que ce soit », souligne la modératrice. Posts en soutien du boucher, qui appelleraient une contre-attaque des soutiens du maire… Cécile Berne n’a pas envie que le groupe des aficionados du village devienne le théâtre d’une « partie de ping-pong ». Pour ceux qui veulent quand même évoquer le sujet, elle explique « les sujets de débat ont leur place sur des pages à part, et je ne serai pas offensée que d’autres Marlhiens créent leur groupe ou leur page de soutien ». Pour elle, « l’important a toujours été de dialoguer avec les gens », qui, souvent, comprennent sa position après quelques explications.

Retourner à la liste

Contactez-nous

Parc naturel régional du Pilat
Moulin de virieu - 2 rue Benaÿ
42410 Pélussin
04 74 87 52 01